Par Patrick Le Quément
Style extérieur



Quand nous avons engagé notre réflexion sur le projet 7MA qui sera connu plus tard sous l’appellation SEVENTY 7, nous avons tout d’abord échangé afin de répondre aux trois questions classiques que l’on se pose pour tout nouveau projet : Pour quoi faire ? D’où vient-on ? Où voulons-nous aller ?

La réponse au « Pour quoi faire ? » se trouvait dans les propos tenus par Bruno Belmont en amont du démarrage du projet : « Doter le SEVENTY 7 d’un ADN de grand yacht. »

Pour répondre à la question « D’où vient-on ? », j’avais passé beaucoup de temps à échanger avec Marc Van Peteghem, depuis mon intégration dans l’équipe VPLP en tant que designer exclusif, sur les spécificités de la marque Lagoon, son histoire, ses valeurs, et j’avais restitué ma compréhension des spécificités de Lagoon de la façon suivante :

Lagoon c’est :

- Une forte personnalité… plutôt qu’une beauté classique
- C’est l’intelligence… plutôt que la puissance
- C’est une vision… plutôt que la tradition
- C’est une solidité rassurante… plutôt que la légèreté à tout prix
- C’est du « High Touch » … plutôt que la quête effrénée du « High Tech »

Enfin, ce qui est ressorti de la question : « Où voulons-nous aller ? », c’était la volonté d’augmenter la charge émotionnelle des Lagoon, en leur donnant une plus grande séduction pour accompagner les avancées architecturales qui ont fait de la marque un archétype. En effet, si l’architecte Philippe Johnson, un américain bien terrien, avait déclaré non sans humour : « L’architecture, c’est l’art de gaspiller l’espace », ceci ne s’appliquait pas aux architectes navals en général et encore moins à VPLP car, dans le cas de Lagoon, l’architecture est au cœur même de son expression. Aussi pour nous, le design extérieur d’un Lagoon doit être au service d’une fonction première, qu’elle soit liée à la performance ou à la recherche de la moindre exploitation de l’espace, d’une bonne compréhension des scénarios d’usage, de la spécificité de se mouvoir à l’intérieur même d’un espace en mouvement, ce qui en soit est beaucoup plus complexe que ne l’est l'architecture d’un habitat ou l’habitacle d’une automobile.

Nous souhaitions d’entrée de jeux que le SEVENTY 7 soit un bateau où le design s’impose de façon naturelle et ne soit pas une pièce rapportée, ce devait être tout d’abord une architecture dont nous valoriserions les proportions, car en design, tout commence par de belles proportions. Il fallait éviter une manipulation qui, dans mon ancien métier de designer automobile, s’appelle «mettre du rouge à lèvre sur un cochon… »

Nous souhaitions bâtir le SEVENTY 7 à partir des profondes évolutions que nous avions déjà introduites sur nos plus récents projets, les Lagoon 39 et 52. Nous avions déjà développé des identifiants forts sur ces derniers mais pour le SEVENTY 7, nous souhaitions aller beaucoup, beaucoup plus loin dans notre recherche de raffinements, à savoir :

- Faire évoluer les hublots supérieurs en forme de visière en les rendant plus harmonieux grâce à l’allongement des surfaces vitrées et à l’enchainement des courbes.
- Persévérer avec l’effet de sustentation entre le rouf et le pont mais, cette fois-ci, réalisé à partir d’un dessin inédit de l’oreille en forme d’aile de mouette, qui apporte beaucoup de fluidité et d’élégance au dessin dans son ensemble.
- Maintenir l’aspect biseauté de l’étrave en y ajoutant plus de liant, plus de fluidité…
- Incorporer dans le dessin des courbes, des lignes tendues, des accélérations, des rayons composés, des volumes sculptés, pour dégager ainsi une impression de maitrise.
- Enfin, ne rien laisser au hasard, tout dessiner, tout voir dans son ensemble, ne pas réaliser une juxtaposition d’éléments mais un ensemble orchestré.

Nous souhaitions répondre à cette nouvelle ambition qui est de doter le SEVENTY 7 d’un ADN de grand yacht par un design qui affiche visuellement notre quête de l’excellence.

retour